Lade Inhalt...

Jeune soldat en France

Facharbeit (Schule) 2007 19 Seiten

Didaktik - Französisch - Erörterungen und Aufsätze

Leseprobe

1. Préface

Pourquoi une adolescente, à l’âge de 20 ans, s’occupe-t-elle d’un sujet délicat – un sujet âgé de 60 ans? Plusieurs raisons peuvent être mentionnées. D’un côté, je pense qu’il est très important pour une génération qui n’a pas vécu cette époque, de s’occuper des événements de la Seconde Guerre Mondiale et de les comprendre. Il y a 60 ans, cette guerre terrible a été terminée. Mes grands-parents sont déjà morts et par conséquent, ils ne peuvent pas me donner des informations. Bien sûr, on peut s’informer à l’aide de livres ou sur Internet, mais moi, je préfère parler à l’homme, au soldat, qui était lui-même en France à cette époque-là. De plus, je suis d’avis qu’il est très important de s’occuper de tels sujets historiques en tant qu’adolescente moi-même ou surtout après une telle période de temps, car, l’idéologie nationale-socialiste est en train de se répandre dans quelques régions européennes défavorisées, par exemples dans l’Allemagne[1].

Pendant mes interviews avec les soldats, j’ai corrigé mon point de vue complètement ce que j’aimerais également expliquer à d’autres jeunes gens. Moi qui vis deux générations plus tard je n’avais guère une impression de la façon de vivre en tant que soldat dans un pays étranger. Chacun de ces soldats a sa propre histoire, l’une plus heureuse, l’autre moins positive. Il est particulièrement intéressant pour moi d’interviewer quelques soldats qui étaient en France pendant la guerre parce que les livres d’histoire font savoir que les relations entre les Français et les Allemands n’étaient pas trop amicales. Dans mes interviews, on m’a aussi expliqué le contraire – on m’a même parlé d’histoire d’amour et d’amitiés persistant encore aujourd’hui.

Les difficultés pour écrire ce devoir touchent surtout les interviews et leur conception – il est surtout presque impossible de trouver ici des soldats qui vivent encore et qui ont été en France pendant la Seconde Guerre Mondiale. La majorité des anciens soldats a été en Russie ou sont déjà morts. Pourtant j’ai trouvé quelques-uns qui ont lutté sur le territoire français. Les interviews étaient toutes très intéressantes et représentent un enrichissement de connaissances pour moi.

2. Introduction

2.1 L’Occupation

Une génération fait ses adieux![2][3] Ce titre de livre contient l’obligation de conserver les expériences des personnes n’importe lesquelles. La France et l’Allemagne étaient des ennemis héréditaires autrefois – surtout au cours de l’Occupation pendant la Seconde Guerre Mondiale – et maintenant ce sont les nations les plus proches dans l’Europe Unie. Que s’est-il passé à l’époque pendant l’Occupation? J’ai parlé à des soldats allemands qui étaient en France à ce moment-là, pour noter les expériences personnelles.

D’abord, l’arrière-plan historique de cette Occupation. Après que l’Allemagne a gagné la bataille contre la France, le 22 juin 1940 on a signé l’armistice dans la forêt de Compiègne. La France est divisée en trois zones.

Abbildung in dieser Leseprobe nicht enthalten[4]

La première était la moitié nord de la France incluant les régions industrielles et la côte atlantique jusqu’à la frontière espagnole. Cette zone était administrée par l’Allemagne qui avait instauré une administration militaire à Paris, dirigée par le général Otto von Stülpnagel. La deuxième zone représente les départements Nord et Pas-de-Calais tout au nord de la France, qui étaient sous l’influence du commandant allemand en Belgique. L’Alsace-Lorraine était devenue une région allemande de nouveau tandis que le sud de la France n’était pas occupé par les soldats allemands ; le nouveau gouvernement siégeait à Vichy dans le département Allier, présidé par Henry Philippe Pétain. Environ 40 pour cent du territoire français, les colonies inclues et une armée de 100.000 soldats étaient sous le règne du générale Pétain. Les Allemands voulaient une sorte d’occupation n’exigeant qu’un minimum de frais militaires et administratifs, ce qui contraignait le service administratif français et surtout une grande partie de la population française à une collaboration avec les occupants allemands. À long terme, on prévoyait établir une économie française qui fonctionnerait et qui devrait être intégrée dans l’espace économique allemand. Les frais pour l’administration devaient être payés par la France – environ 20 millions de marks par jours.

À plusieurs reprises les partisans de la Résistance commettaient des attentats à des soldats allemands ; Adolf Hitler voulait faire exécuter ces partisans en masse. Cependant, Stülpnagel et son équipe ont refusé cela strictement. Le conflit insidieux entre l’administration militaire à Paris et le gouvernement allemand à Berlin concernant les questions fondamentales au sujet de la politique d’occupation a tellement dégénéré qu’Otto von Stülpnagel a finalement démissionné le 15 octobre 1942 et qu’il a été remplacé par son cousin. Celui-ci a été condamné à mort après sa participation active à l'attentat contre Hitler. En mars 1942 on a commencé à transporter les Juifs dans les camps de concentration. Sur le territoire français, les Allemands ont réussi à enlever les possessions juives plus rapidement que dans les autres pays occupés. 76100 Juifs français ont été tués par le régime national-socialiste. A partir du mois de mai 1942, Carl Oberg a été responsable du territoire français - Oberg avait été chef de police et de la SS en France avant. Comme les Allemands ont tué de plus en plus d'otages, la Résistance a gagné beaucoup de gens qui voulaient lutter contre ce régime meurtrier. En mai 1943, Charles de Gaulle a réussi à mettre en commun les différents groupes de résistance. Ainsi, la Résistance a pu être plus efficace. Après le Débarquement des Alliés en Normandie le 6 juin 1944, 10000 membres de la Résistance ont lutté pour soutenir les Anglais et les Américains ou faisaient du sabotage dans l'arrière-pays. Jusqu'à la Libération, entre 20000 et 30000 membres de la Résistance sont morts.

[...]


[1] cf. http://www.verfassungsschutz.de/

[2] cf. http://www.dhm.de/lemo et PLOETZ, Der kleine PLOETZ, Hauptdaten der Weltgeschichte

[3] Jürgen Klosa, Eine Generation verabschiedet sich, http://www.zeitzeugentreff.de.tl

[4] cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil

Details

Seiten
19
Jahr
2007
Dateigröße
460 KB
Sprache
Französisch
Katalognummer
v147163
Note
Schlagworte
Jeune France

Autor

Teilen

Zurück

Titel: Jeune soldat en France