Lade Inhalt...

La liberté de la Presse en France

Est-ce que les médias en France sont influencés par le président Nicolas Sarkozy?

Facharbeit (Schule) 2012 17 Seiten

Didaktik - Französisch - Sonstiges

Leseprobe

Table des matières

1. Introduction

2. Le contexte historique de la liberté de la Presse en France
2.1. La constitution
2.2. La loi de la presse de 1881
2.3. La relation entre l’État et la Presse
2.4. L’image du métier des Journalistes

3. Est-ce que les médias en France sont influencé par le président Nicolas Sarkozy ?
3.1 Sarkozy et ses amis
3.2 L’influence de Sarkozy

4. Bilan

5. Bibliographie

1. Introduction

Dans ce mémoire professionnel je me suis intéressée au sujet de la liberté de la presse en France. À l’exemple de la présidence de Nicolas Sarkozy j’ai analysé la situation présente des médias dans une des démocraties les plus anciennes des temps modernes. Puisque depuis l’élection du 6 avril de 2007, il y a beaucoup d’affrontements concernant l’indépendance du journalisme et l’ingérence de l’Elysée dans la presse. Dans la Constitution de la Vème République le rôle de la presse a été codifié : La presse devrait favoriser l’État. J’ai concentré mon travail sur cette différence élémentaire du modèle allemand de la «quatrième force» qui est une instance indépendante pour former la volonté démocratique.

J’ai choisi ce thème parce que l’Allemagne et la France, les piliers principaux de L’Union Européenne, ont des façons de voir très différentes du rôle de la presse dans une démocratie.

Pour montrer ces différences clairement il faut qu’on aborde l’histoire de la presse et du système politique de la France. C’est pour cette raison que la première partie du travail traite des piliers de fondation de la liberté d’opinion: La déclaration des droit de l’homme de 1789 et la loi de la presse de 1881. Un autre chapitre s’occupe du profil du métier de journaliste en France, lequel est marquant pour le paysage médiatique.

Dans la deuxième partie je me suis concentrée sur la situation actuelle sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Premièrement ses relations avec les médias sont expliquées dans le chapitre « Sarkozy et ses amis », et après quelques exemples sont donnés pour pouvoir comprendre l’influence du président.

Des éléments comparatifs auraient été très intéressants mais sortiraient du cadre de ce mémoire professionnel.

Malheureusement le sujet de la liberté de la presse en France n’a pas une très «bonne presse», ni dans la littérature allemande ni dans la littérature française. C’est pour cette raison qu’internet a été une des sources les plus importantes pour ce travail en particulier pour la deuxième partie. Il y a beaucoup d’articles intéressants mais l’assemblage des faits ressemble a été très difficile. J’espère que ce travail peut donner une vue d’ensemble de la situation en France.

2. Le contexte historique de la presse en France

Jusqu’à la Révolution française la presse sous toutes ses formes était sous les ordres du Roi. Tout document écrit devait passer par la censure du roi avant qu’il soit publié. Voltaire se moquait de ça : « Sans l’agrément du roi, vous ne pouvez pas penser ».[1]

L’idée d’une Presse indépendante est venue avec la déclaration des droits de l’homme. Les droits de l’homme viennent de la Révolution Française en 1789. « Liberté, Fraternité et Égalité » - L’aspect de la Liberté inclut aussi la liberté d’opinion et une presse indépendante.[2]

Le droit de la Presse, comme nous le connaissons aujourd’hui est le résultat d’un développement très compliqué. Le droit est basé sur deux piliers fondamentales: La Constitution et la „Loi de la Presse de 1881“. Pour bien expliquer les deux je vais élucider leurs contextes historiques.

2.1. La constitution

La Constitution de la France, même si elle a beaucoup changé, provient de la Révolution Française. 1791 l’Assemblée nationale constituante a annoncé la première constitution française. En ce temps-là la liberté de la presse faisait partie de la liberté d’opinion qui était une des acquisitions les plus importantes de la Révolution Française. Dans la «Déclaration universelle des droits de l’homme» du 4-8-1789, les articles 10 et 11 se réfèrent à la liberté de la Presse: «Article 10: Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. Article 11: La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme: tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.» [3]

La liberté de la Presse n’a pas un propre article qui lui soit dédié, mais elle apparaît en plus de la liberté d’opinion, la liberté de parole et la liberté d’écrire.[4]

Cette liberté n’a pas duré longtemps. Sous le règne de Robespierre beaucoup de Journalistes incommodes ont disparu. Napoléon comprimait le nombre des journaux et les contrôlait strictement.[5]

Pour résumer on peut dire que la presse dépendait toujours de la forme d’État en France. Les articles 10 et 11 étaient toujours et sont toujours le fondement des droits de la presse.

Pour la République fédérale d’Allemagne, l’article 5 du « Grundgesetz » fait la base de la liberté de la presse : «Jeder hat das Reicht, seine Meinung in Wort, Schrift und Bild frei zu äußern und zu verbreiten und sich allgemein zugänglichen Quellen ungehindert zu unterrichten. Die Pressefreiheit und die Freiheit der Berichterstattung durch Rundfunk und Film werden gewährleistet. Eine Zensur findet nicht statt.»[6] La différence entre la France et l’Allemagne est claire : Contrastant avec la Constitution de la France, le « Grundgesetz » de la République fédéral d’Allemagne n’assure pas seulement une liberté d’opinion mais aussi le droit à l’information.

En outre l’article 11 (cf. ci-dessus) inclue aussi des limites de la liberté, et ces limites sont définies par le législateur. Pour résumer : « In der deutschen Medienordnung behrrscht das Grundrecht der Medienfreiheit – bezogen auf die Medien selbst – als obesters Gebot die gesamte Medienordnung. In frankreich haben die Gesetezesschranken für die Ausübung der Medientätigkeit Vorrang. »[7]

2.2 La loi de la Presse de 1881

Avant que la loi n’entre en vigueur, deux décrets importants ont été annulés. D’une part, le devoir d’avoir une licence de l’état pour publier a été supprimé. En d’autres mots : Il n’y avait plus de censure. D’autre part il, n’était plus punissable d’exprimer certaines opinions dans la presse.[8] La liberté d’opinion aussi était respectée dans la presse dorénavant.

« La loi du 29 juillet 1881: enfin, au pouvoir en janvier 1879, le républicains préparèrent longuement la nouvelle loi sur la presse, qui représente avec ses soixante-dix articles le plus gros effort législatif entrepris en la matière; elle assura la plus grande liberté à la presse et réduisit à très peu les délits de presse »[9], explique Pierre Albert.

Dans ce-temps-là cette loi était la première loi sur la presse du monde qui garantit une presse libre et défendait les droits des journalistes.

La loi du 29 juillet 1881 s’articule autour de quatre grandes spécificités :

Premièrement il y avait une nouvelle institution, un régime administratif de la presse écrite exempt de tout contrôle préalable, qui prendrait la responsabilité et une obligation de déclaration auprès du Procureur de la République. La censure était passée.[10]

Par ailleurs la loi aussi a définit diverses infractions pour instituer un équilibre entre la liberté d’expression et la protection des personnes.[11]

En plus, la loi établissait un régime de responsabilité pénale spécifique instituant une présomption de responsabilité du directeur de la publication.[12]

En fin de compte: « La mise en place d’un régime procédural particulier, dérogeant au droit commun, avec des règles contraignantes limitant les poursuites, notamment une prescription des infractions réduite à trois mois, afin de protéger la liberté de la presse. »[13]

Ces restrictions sont les mêmes que celles de la Constitution. Une presse complètement libre n’était jamais le but de la France. Liberté d’opinion, bien sûr, mais la presse devait être sous le contrôle des lois. Malgré cela, la loi de 1881 a amélioré la situation parce que toute frome de la restriction par l´état était abolie.[14]

On voit que d’un côté la loi cible la responsabilité de chaque auteur pour ses déclarations en publique. D’un autre côté, il permet à tous les citoyens de publier eux-mêmes, donc l’an 1881 devenait le début de « l’âge d’or de la presse », qui a duré jusqu’à la Première Guerre mondiale.[15]

[...]


[1] Zitiert bei Hiller, Armin: Das französische Presserecht – Ein Beitrag zur Problematik der Pressefreiheit, Perleberg 1967, S. 49

[2] Fischer, Heinz Dietrich: Innere Pressefreiheit in Europa, 1975, S. 139

[3] Assemblée Nationale: Declaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp

[4] Vgl. Kemper, Dr. Gerd Heinrich: Berliner Abhandlungen zum Presserecht Heft 2: Pressefreiheit und Polizei, S.17

[5] Nagel, Lars-Marten: Aspekte der Pressefreiheit in Frankreich, S. 5

[6] Zitiert nach Nagel, Lars-Marten: Aspekte der Pressefreiheit in Frankreich, S.5

[7] Nagel, Lars-Marten: Aspekte der Pressefreiheit in Frankreich, S.6

[8] Ebd.

[9] Vgl. Nagel, Lars-Marten : Aspekte der Pressefreiheit in Frankreich, S. 6

[10] Vgl. Ministère de la culture et de la communication: La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, 25.06.2003, http://www.ddm.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=83

[11] Ebd.

[12] Ebd.

[13] Ebd.

[14] Vgl. Nagel, Lars-Marten: Aspekte der Pressefreiheit, S. 7

[15] Nagel, Lars-Marten: Aspekte derPressefreiheit in Frankreich, S. 8

Details

Seiten
17
Jahr
2012
ISBN (eBook)
9783656584117
ISBN (Buch)
9783656584353
Dateigröße
762 KB
Sprache
Französisch
Katalognummer
v267887
Note
14
Schlagworte
pressefreiheit frankreich sarkozy beziehungen presse

Autor

Zurück

Titel: La liberté de la Presse en France