Lade Inhalt...

La République fédérale allemande face à son passé nazi

Essay 2017 5 Seiten

Geschichte Europa - Deutschland - Nationalsozialismus, II. Weltkrieg

Leseprobe

Introduction :

La Deuxième Guerre mondiale et ses enchaînements nous poussent bien souvent à s’interroger sur la République fédérale allemande face à son passé nazi. À savoir que, les Allemands ont peiné à se positionner face aux événements de la Deuxième Guerre mondiale pendant la période de l’après-­‐guerre, l’affrontement du passé nazi est toujours un sujet d’actualité. Ceci dit, l’objet de ce travail est d’analyser les points de vue les plus récurrents à propos de ce sujet dans la mémoire des Allemands en se concentrant sur la « Vergangenheitsbewältigung » et d’en sortir une thèse. Pour cela, nous allons dans un premier temps clarifier ce que signifie «Vergangenheitsbewältigung» pour éviter toute sorte d’ambiguïté. Après avoir éclairé le mot clé de ce travail, nous allons passer ensuite à la partie principale, dévouée à approfondir le sujet ainsi que développer et distinguer les idées principales. Finalement, la conclusion va servir à récapituler les propos vus dans le développement et à dresser le bilan de cette dissertation.

Définition : «Vergangenheitsbewältigung» :

«Vergangenheitsbewältigung» désigne le fait de surmonter le passé, cela implique également de l’accepter et de l’assumer. Ce terme est souvent utilisé dans le cadre de l’étude de l’Allemagne après 1945. On utilise cette expression aussi en relation avec des débats publics à l’intérieur d’un pays concernant des événements problématiques, voir traumatique dans l’histoire récente du pays. Ces débats publics évoquent habituellement des questions sensibles regardant la culpabilité collective d’une nation. En Allemagne concrètement, «Vergangenheitsbewältigung» se réfère aux remords de la complicité des allemands dans les crimes nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.1

Le passé nazi dans la mémoire des Allemands:

L’affrontement du passé nazi dans l’Allemagne de l’ouest ne s’est effectuer seulement dans les années soixante, et non directement après la fin de la guerre. Après la guerre, beaucoup de gens ont refusé de faire face aux évènements de la Seconde Guerre mondiale, notamment les crimes de guerre. La plupart de la population a tenté de refaire leur vie, tout en laissant de côté le passé. On ne mentionnait pas la persécution des juifs, que ce soit en privé ou publiquement. En effet, le nazisme était -­‐et est encore-­‐ un sujet sensible dans les années d’après-­‐ guerre. Le refus de se rapprocher de l’histoire allemande est encore beaucoup répandu dans une grande partie de la population. Ce qui est frappant est que, même avec le procès de Nuremberg, qui a dévoilé au monde entier la véritable ampleur des crimes nazis, le peuple allemand voulait vite tourner la page. La confrontation à cette tâche s’est révélée comme étant difficile.

C’est cependant en 1960, que le procès Eichmann lève le silence et les tabous entretenus à ce sujet et ouvre des débats publics sur les atrocités nazis. De nombreux survivants de la Shoa ont témoigné leur histoire après ce procès et ont attiré beaucoup d’attention internationale, ce qui a évidemment fait surgir des questions délicates concernant la culpabilité collective des Allemands. À noter que, les survivants, dont la réintégration sociale était difficile, souhaiter s’identifier aux combattants héroïques du ghetto de Varsovie plutôt qu’aux victimes passives du génocide. C’est aussi dans les années soixante que les associations juives exigent la singularité absolue de la Shoah. Surtout à Auschwitz où les autorités polonaises ont dissimulé que la majorité des victimes étaient juives.2

Après la guerre, l’Allemagne est divisé en deux Etats différents, ce qui fait qu’il y a aussi deux mémoires allemandes à distinguer. En mars 1948, les Américains mettent fin à la dénazification en Allemagne de l’Ouest parce que la Guerre Froide devenait de plus en plus tendue. En conséquence, les Américains ont accéléré cette procédure. Un grand nombre des personnes accusées à ce temps là, sont donc libérées avant les années cinquante. Les Allemands voulaient surtout se regarder eux-­‐mêmes comme les principales victimes de la guerre à cette époque. D’ailleurs, ils avaient aussi la tendance à refouler le souvenir du lllème Reich en attribuant la responsabilité des crimes commis par le régime hitlérien à Hitler et sur la SS. En outre, la RDA rejette l’héritage du nazisme sur la RFA, alors que le premier mémorial installé en 1958 par le régime communiste dans un camp de concentration consacré à la résistance antifasciste se trouve Buchenwald. Considérant le fait que la dénazification a été beaucoup plus conséquente qu’en Allemagne de l’ouest, il faut dire que le travail de mémoire a été pratiquement inexistant à l’Est jusqu’en 1990.3

Comme on l’a déjà vu, le point de vue des Allemands change à partir des années soixante environ, les Allemands sont largement plus accessible face à l’évocation du passé nazi. En 1958, avec la création du «Service central d’enquête sur les crimes nationaux-­‐socialistes» à Ludwigsburg, on reprend des anciens procès contre d’anciens responsables nazis. «L’Ostpolitik» qui à partir de 1969 favorise la recherche d’un terrain d’entente est suivi des gestes officiels de remords, comme par exemple celui du chancelier Willy Brandt en 1970 devant le mémorial des Combattants du ghetto de Varsovie. On peut également constater que dans les années soixante, il y a une nouvelle génération d’historiens qui réinterprète l’Allemagne dans la période du régime nazi.4

[...]


1 FISCHER, Torben, Lexikon der "Vergangenheitsbewältigung" in Deutschland : Debatten-­‐ und Diskursgeschichte des Nationalsozialismus nach 1945, transcript Verlag Bielefeld, 2009, S. 16.

2 Histoire/Geschichte : l'Europe et le monde depuis 1945, Nathan, Paris, 2007, p.34.

3 Histoire/Geschichte : l'Europe et le monde depuis 1945, Nathan, Paris, 2007, p.42.

4 Histoire/Geschichte : l'Europe et le monde depuis 1945, Nathan, Paris, 2007, p. 42.

Details

Seiten
5
Jahr
2017
ISBN (eBook)
9783668969117
Sprache
Französisch
Katalognummer
v490482
Institution / Hochschule
Université du Luxembourg
Note
Schlagworte
république

Autor

Teilen

Zurück

Titel: La République fédérale allemande face à son passé nazi